Feedback / retex OP Poitoukistan II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Feedback / retex OP Poitoukistan II

Message  StrayCat le Mer 4 Mar - 15:50

Bon allez, quelques jours après je m'attaque au feedback.

RÉSUMÉ DE LA SITUATION

Camp français (unité de reconnaissance)
Isolés en territoire ennemi, ils ont découvert qu'une livraison d'armes, notamment une certaine "arme non conventionnelle", devait être livrée aux indépendantistes locaux. Ils ont donc tâché d'en savoir un peu plus dessus, voire de s'en emparer. Cela ne devait pas entraver leur objectif principal : trouver un moyen d'appeler de l'aide pour se faire évacuer de ce bourbier.

Camp indépendantiste, cellule "Epervier"
Cellule séparatiste, chargée de livrer une importante cargaison d'armes à la cellule locale "Liberté". Parmi ce colis se trouve une nouvelle arme de type non conventionnelle, fournie par un pays allié. Conscients du caractère explosif de ce sujet sur le plan géopolitique, leur priorité aura été de rester discrets. Une fois la livraison effectuée, ils ont pour rôle d'assister la cellule "Liberté" dans ses objectifs.

Camp indépendantiste, cellule "Liberté"
Camp de recrutement et d'entrainement local, cette cellule devait organiser la réception et la sécurisation des armes livrées. Consciente de la présence de troupes françaises dans les environs, leur priorité était de sécuriser les installations de leur camp (batterie antiaérienne, poste radio longue distance). Ils devaient également récupérer tout ce qui aurait pu être pris/utilisé par les français, et se tenir prêts à abattre d'éventuels renforts.



RETEX coté JOUEUR - cellule "Epervier"
Le chef d'Epervier décide de faire la livraison d'armes en 2 temps : d'abord des répliques longues (on avait plusieurs répliques appartenant à Liberté), puis dans un 2e temps on transportera les missiles encombrants et le bidon lourd + sa notice. Cette décision, assez logique somme toute, aura des répercussions sur tout le scénario jusqu'à la fin...
A l'heure fixée, on tente d'avoir une liaison radio avec Liberté. Une pente bloque un peu le signal, on s'apprête à grimper quand on aperçoit 3 pax, qu'on confirme vite comme étant FR. On couche les oreilles et on les laisse approcher. A force ils finissent pas nous voir, et s'enfuient sans engager. On arrive à avoir un signal radio clair avec Liberté (merci les midland G7), on confirme nos identités respectives, et on fixe un point de rdv en avertissant de ce qui vient de se passer. Le rdv a lieu près d'un gros arbre couché, proche de la rivière. On aperçoit des pax à proximité, on confirme nos identités par radio, c'est Liberté. Ils semblent très heureux de voir leur matos arriver, au PA ils devaient se sentir un peu fragiles. Toutefois, on sent un léger malaise entre les 2 chefs rebelles, qui ne savent pas s'ils peuvent se faire confiance ! Ils essayent chacun d'avoir des infos sans trop en donner, la séquence de roleplay a été superbe sur ce coup.

Tout à coup, une des sentinelles annonce des pax FR en provenance du nord. ça craint, Epervier ne doit surtout pas se faire intercepter, donc Epervier leader laisse le boulot à Liberté, tandis qu'on s'enfuit. Pendant qu'on s'enfuit on se rend compte qu'on a un superbe axe d'approche sur les tangos, donc après en avoir informé Liberté, on approche par l'est pour leur fournir un appui. Les tangos étant encerclés, 3 tombent, 1 bat en retraite. Epervier s'est déjà beaucoup fait remarqué, il est temps de repartir. On aperçoit au passage le camp de Liberté.

On fait un petit détour pour s'assurer que rien ne rôde autour de notre camp. A l'approche d'un passage, Florent le trappeur annonce "il y a du monde qui est passé ici récemment, il y a des traces". On se regarde avec un petit malaise. Normalement, personne n'aurait dû prendre ce passage, mais les empreintes sont fraîches...  Neutral  On avance prudemment jusqu'à notre camp, rien à signaler. Bon... J'ai un mauvais pressentiment, je jette un œil là où on a stocké les missiles, le bidon et la notice : ils ont disparus... MERDE ! En rodant autour du camp on retrouve le bidon, mais c'est pas terrible.

On annonce la mauvaise nouvelle à Liberté. Du coup il va falloir remettre la main dessus. On imagine (je sais pas pourquoi d'ailleurs) que les FR auront voulu garder leur butin près de leur camp, mais on ne sait même pas où il est. ça craint. Quelques accrochages plus tard, les deux chefs indépendantistes se fixent un rdv près de l'entrée du terrain. En arrivant sur place, plusieurs pax FR, ça engage très vite, ils ont des abris efficaces tandis qu'on est dans un couloir, on perd un gars. Le temps qu'on essaye de s'extraire, les FR ont fait le tour et sont en embuscade sur notre voie de sortie, on se fait vite laminer. L'approche par le chemin est toujours très tentant, mais c'est toujours un coup à finir en tenailles. Les FR embarquent Python pour l'interroger.

Le temps que les 5 minutes s'écoulent, qu'on revienne à notre camp, qu'on recharge et qu'on débriefe, Python est revenu. On lui demande quelles questions les FR ont posé (rappelons que les prisonniers ne peuvent pas être exécutés, seulement libérés, donc pas de souci de roleplay). Il explique que les FR sont intéressés par l'arme non conventionnelle, et qu'ils veulent savoir ce dont il s'agit. Python leur a expliqué qu'il s'agissait d'une arme biologique liée aux missiles, comme nous l'a expliqué notre leader. C'est là que ce dernier nous annonce qu'il nous a précédemment menti, que l'arme non conventionnelle n'a rien à voir avec les missiles, et qu'il s'agit en fait du bidon. Bien joué !

Bon, on pense avoir une idée assez précise de l'emplacement du camp FR, mais voilà : la position est vraiment dure à prendre. Les chefs rebelles décident de se regrouper au 1er point de rdv (arbre couché). On en profite pour leur livrer le bidon. Un de nos buts était aussi de continuer l'entrainement des rebelles, en organisant un drill sécurisé. Quelques exercices plus tard ([orga]ça a bien cassé la dynamique, je ne referais pas la même erreur[/orga]), les leaders s'inquiètent du devenir de la station radio. On va y faire un tour, on voit plein d'empreintes fraiches, avec en prime les enveloppes laissées en vrac (hey les FR, en remettant les enveloppes à leur place, vous nous auriez laissé le doute sur votre passage !). Pour les commandants, troupes FR + utilisation d'une radio longue distance + missiles non retrouvés = extraction prochaine. ça tient la route.

Ils décident de partir à l'assaut du camp FR, pour retrouver les missiles et préparer la batterie AA. On prend 2 axes différents, je m’infiltre avec Florent. On s'approche doucement de leur camp, RAS. Quelques sacs sous des bâches, mais pas de missiles en vue (ils sont gros pourtant !). Du coup tous les indépendantistes redescendent par le chemin pour aller voir dans la clairière. Et là, surprise : au loin, un des FR pointe le bout de son nez. Ok, tout le monde comprend que les FR se sont plantés dans un coin sécurisé en attendant leur extraction.

Liberté passe par la clairière, alors que Epervier (qui a déjà dû combattre dans ce secteur) longe la rivière. On avance, RAS, mais où sont-ils ? Florent repère à nouveau des empreintes, qui mènent à des impasses, les FR cherchaient probablement une planque. On entend soudain des tirs depuis la clairière, Liberté est accroché. On avance très rapidement vers l'origine des tirs, on neutralise 3 pax au passage. On s'apprête à continuer mais le bruit d'un hélicoptère qui approche et canarde la clairière nous force à rester à couvert. On assiste impuissants à l'évacuation des recon FR, on se console en se disant qu'ils n'emmènent pas grand chose avec eux.



FEEDBACK coté ORGA
Je tire plusieurs leçons des retours que j'ai pu avoir :

- Mieux cadrer certains aspects du scénario pour le conserver dans les rails. Par exemple en imposant au chef de "Epervier" de conserver l'ensemble de la livraison, on aurait évité que les FR mettent la main dessus dès le début, ce qui a court-circuité un peu le reste du scénar.

- Mieux modéliser les objectifs, et peut-être moins les dissimuler. Par exemple les FR pensaient que les missiles seuls constituaient la batterie AA (et n'ont donc pas cherché le support), ont négligé le bidon qu'on transportait (alors que c'est suspect quand même, entre 2 missiles ! - mea culpa quand même, ça devait être une bouteille de gaz, mais je l'ai oubliée le jour J donc on a improvisé). Il faudrait que les choses soient moins ambigües : je reconnais ma culpabilité, c'est mon pêché mignon dans la rédaction de scénario de rendre les choses compliquées, j'aime quand il faut faire fonctionner le cerveau.

- M'assurer qu'il y ait largement de quoi s'occuper toute la journée. Quitte à créer systématiquement un objectif "optionnel" long et laborieux à réaliser, afin que si une équipe pense avoir fini le reste, qu'elle ait de quoi s'occuper. Quitte aussi à ce que cet objectif, s'il est réalisé, donne un bonus pour l'OP suivante.

- Garder des objectifs "dynamiques", d'action : les objectifs ne devraient pas être uniquement roleplay. Le roleplay doit être un ingrédient ajouté et choisi par les joueurs eux-mêmes pour réaliser un objectif, mais pas un but en soi.

- Les commandants sont vraiment au point, avec des approches élaborées. Entre le commandant FR qui segmente les informations (pour que personne ne sache tout, y compris lui-même) et le chef de "Epervier" qui ment à ses propres troupes sur leurs objectifs, on a eu du bon niveau de gestion de l'information. Le manque concerne plus la tactique durant les phases de combat et la préparation des assauts.

- J'ai été bluffé par les phases de combats. Elles sont à la fois brèves, très intenses et très violentes. Rien à voir avec des accrochages dans une partie du dimanche, là un groupe entier peut se faire décimer en quelques instants. C'est vraiment jubilatoire.

- Encore trop d'utilisation des prisonniers. ça casse le jeu, ça casse le roleplay et l'immersion. Surtout avec les 20 minutes d'attente. On va mettre des règles beaucoup plus dures encore, que faire un prisonnier soit vraiment une solution de dernier recours qu'on retient si on n'a pas d'autre choix. Bref ne comptez surtout pas dessus pour les prochains chapitres, on va sabrer très très fort.
On fera gaffe évidemment à ce que les objectifs soient bien tous réalisables sans faire de prisonnier.

- Apparemment l'anglais a posé plus de soucis qu'il n'a apporté au roleplay. On va réfléchir dessus.


Je reste quand même assez fier de ce qu'on arrive à organiser avec 15-20 joueurs, peu de matos et des OP gratuites.
On va quand même laisser la campagne en standbye. On va d'abord rechercher des joueurs susceptibles de nous rejoindre. Si on pouvait arriver à 25-30 joueurs (soit 3 équipes de 4-5 dans chaque camp), ça ouvrirait plein de nouvelles possibilités.

Rendez-vous au prochain chapitre.

_________________
"J't'ai mis une bille de si loin que tu me dois 20 euros de frais de douane !"[/i]
avatar
StrayCat
Admin

Messages : 2354
Date d'inscription : 09/08/2011
Localisation : Sanxay

http://6mm-rgt.conceptbb.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Feedback / retex OP Poitoukistan II

Message  phs86 le Mer 4 Mar - 16:10

Pour le prisonnier qu'on a fait, je dois le reconnaître, j'avais aucune raison valable à part faire plaisir à mes hommes qui voulez un prisonnier. C'est toujours bon pour le moral.

Sinon, très bon feedback, pas grand chose a rajouter.

voici mon rapport pour le camp FR :

- 11h15 : Bravo part en repérage, tour du terrain, découvre le camp en H9, continue, aperçois les indépendantistes, continue et tombe sur le camp en B5. Localise les 2 missiles, rapport un missile au camp, ainsi que les documents et cache ce qui semble être un bidon d'essence dans des buissons près près du camp ennemi.
Pendant ce temps, alpha reste au camp à l'écoute de la radio (signal fort et claire), dès quand entend que le rdv est dans 10 min, on part en direction D5 mais on entend près aussitôt que les indépendantistes on rencontre bravo et modifie les rdv en C6. De décalage en décalage, on fini par être perdu par les infos à la radio qui devienne flou (au début des position, à la fin "près de la rivière, à côté d'un arbre coucher). On fini part avoir un contact, 3 hommes à terre, je décide de partir pour sauver l'appareille photos et appel Bravo en renfort  qui me rejoint en D6. Une fois en sécurité avec Bravo et sur le chemin du retour au camp, Bravo repart chercher le second missile et revient au camp. Les 2 missiles et les document sont alors cacher près de notre camp.
- 12h15 : Alpha et Bravo sont de retour au camp (sauf Arbiii qui est prisonnier). On profite de cette pause pour manger. Bravo en 1er, Alpha en second.
- Au moment, où l'on décide de partir, Alpha signale des contacts, , on neutralise 4 contact, puis 4 autres. On fait un prisonnier, qui nous apprend que son chez à une Go pro sur la tête. On profite aussi de l’occasion pour faire quelque photo. Bravo profite de l’occasion pour retourner au camp H9 à la recherche de la radio longue distance. Après avoir fouiller à nouveau le camp H9 et n'avoir rien trouver, Bravo décide de continuer le tour et de revisité le camp en B5, mais le camp est rempli, impossible de le visiter à nouveau.
Pendant ce temps, Alpha part en direction du camp en H9, 3 homme font distraction pendant que je reste au moins 10 minutes dans le camp à tout fouiller.Toujours pas de radio longue distance.
- 14h30, on se regroupe au camp, on décide d'attaquer le camp en B5 pour le fouiller à nouveau. Forte résistance, Alpha à terre, le médecin et moi somme à terre, mes homme me protège durant les 5 minutes. Bravo  part le long de la rivière à la recherche d'info. Alpha retente
Alpha décide de retourner à ce camp, mais en passant part B3. Échec, deux hommes sont fouiller, moi, personne vient me voir :-)
- 16h00 : le groupe commence a croire qu'il n'y a pas de radio longue distance.
- On repart à l'attaque, Alpha vers le camp B5, Bravo en H9. Le camp B5 est vide, on le fouille, toujours rien, on décide de longer la rivière pour rejoindre Bravo. Sur le chemin, je fini part apercevoir la radio. On apprend que le rdv est à 18h, qui faut saboté les missiles (déjà fait, même si c'était visible). Retour au camp.
- 17h00 : On apprend que Bravo a était attaqué, un prisonnier, un homme à terre et un homme rester en observation. Comme les indépendantistes on soigner les 2 hommes de Bravo, on décide de rejoindre Vico et de faire un prisonnier (si possible, le chef)  pour le rapporter au QG (mission bonus).Le camp H9 est vide, On retourne au camp, personne, on prend les infos et on part en A1 attendre l’hélico.
- 17h30 Arrivé en A1, on attend.
- 17h58 : alors que certain son à moitie endormi, on signale un contact
- 18h00 : arrivé de hélico qui neutralise les indépendantistes, des hommes sont à terre, mais les médecins sont toujours débout. Fin de parti, pas le temps pour les médecin d'agir même s'il avait le temps.

V
avatar
phs86

Messages : 275
Date d'inscription : 22/09/2014
Age : 32
Localisation : Jaunay clan

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum